Penser la stratégie ou l’utiliser ?

Un de mes étudiants m’adressait voilà peu cette question : […] j’aimerai que vous me conseilliez des livres en rapport avec la stratégie d’entreprise… j’ai essayé de lire « Le prince » mais… ».

Rassurez-vous, cher étudiant, j’ai cette question entre 4 et 6 fois par année de cours ! Toute proportion gardée, j’ai alors l’impression d’être un prof de philosophie en classe de terminale à qui de futurs bacheliers plein de bonnes volontés demandent « quel livre faut il lire pour comprendre LA philosophie ? »

« Toute proportion gardée » car l’étude de la philosophie et heureusement plus sérieuse que celle des penseurs de la stratégie et que mes étudiants ne sont plus – enfin presque plus – de bouillants adolescents à la recherche frénétique sur Facebook d’une solution à la paix dans le monde et aux problèmes d’acné !

Et comme mon ego ne résiste pas à l’idée de propager la bonne réponse, voici le résumé de notre échange :

    • Bjr, Evitez Sun Tzu, Machiavel, Clausewitz et autres penseurs certes respectables mais loin de vos préoccupations disons plus opérationnelles. Sauf si vous voulez vous engager dans une démarche doctorale mais j’en doute.
    • Concernant la stratégie je vais essayer une métaphore : imaginez le monde de l’aménagement intérieur (design d’intérieur, architecture d’intérieur, mobilier etc.) vous avez deux types d’approches et donc d’individus : la plus grande part qui maitrise les techniques et les met au service de ses clients (choix de couleurs, choix de matériaux, choix de meubles etc.) et ceux qui « inventent ». Parmi eux, peu réussissent à imposer leur vision (Loewy, Stark, Piet Hein Eek par exemple).
    • En matière de stratégie c’est un peu la même chose. vous avez les « outils » et vous avez les « penseurs ». Sauf volonté contraire de votre part, je vous recommande de vous intéresser aux outils, de les comprendre et de les utiliser au mieux.
    • Ma mission avec vous a été de vous donner quelques clefs pour comprendre – pour contextualiser – des outils finalement faciles à appréhender. Souvenez-vous du marchand de barbe à papa ou de la société de routage de mail et regardez le quadrant de Porter avec cet éclairage [1].
    • Donc, en résumé :
    • Pour conceptualiser une pensée stratégique : je vous prête les presque 500 livres de ma bibliothèque personnelle qui traitent exclusivement du sujet [2]
    • Pour appréhender les outils : Stratégor , inutile d’acheter le dernier paru, un stratégor d’occasion vieux de 4 ou 5 ans sera très bien et vraiment pas cher. Toujours dans les outils évidemment le Marketor et, en littérature illustrative, je vous recommande : « De Sun Tzu à Steve Jobs – Une histoire de la stratégie » de Bruno Jarosson chez Dunod, ou bien encore « 60 cas d’école en stratégie et marketing » toujours chez Dunod.
    • quand vous aurez digéré ça, vous saurez à peu près tout ce que vous devez savoir pour être un bon « designer d’intérieur » de la stratégie…. Pour peu que vous en ayez les dispositions naturelles.

A la relecture je vois deux corrections à apporter :

1er – l’oubli de mon ami Pierre Fayard et de son livre « comprendre et appliquer Sun Tzu »

2ème – que j’aurais été mieux inspiré d’utiliser une métaphore culinaire ou gastronomique qui illustre mieux la différence qu’il y a entre le chef d’une auberge des bords de Loire, celui d’une brasserie parisienne et les quelques rares grands créateurs qui « inventent » et transportent. Tous utilisent à peu près les mêmes outils mais pas de la même manière.

Pas de jugement de valeur ici, simplement la conscience que le bonheur passe d’abord par une bonne compréhension de qui on est et de ce pour quoi on est fait car comme l’écrit très justement Fayçal Laaziz, étudiant en Marketing : « la pensée stratégique, est propre à soi même ».

[1] Des TP que je donne en cours.

[2] (rassurez vous, je plaisante, je ne les prêterai jamais !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *