Startupper, passe ton BAC d’abord !

Startupper, passe ton BAC d’abord !

Ce n’est pas parce-que beaucoup des plus grands créateurs d’entreprise – startupper de leur époque – n’ont pas fini leurs  études qu’un échec au BAC vous ouvrira les portes du succès !

Dans un intéressant article, doublé d’une habile autopromotion sur LinkedIn, le consultant Carl-Alexandre Robyn nous livre un tableau statistique des dossiers de recherches de capitaux par des startuppers. 

Il nous dresse un portrait statistique des StartUpeurs ayant fait appel à ses services pour bonifier leurs recherches de capitaux : Le tableau est juste, l’analyse est juste, il n’y a malheureusement que les dossiers qui soient souvent faux !

La phrase est compliquée mais juste :

  • Ce ne sont pas encore des créateurs des startupper car seule l’histoire nous dira s’ils le furent,
  • et ce n’est pas la qualité du projet qui est jugée mais sa recevabilité pour des investisseurs déclarés comme tels.

Je trouve la démarche originale mais, et je prétends à une certaine expertise du sujet, pas une des entreprises qui ont maillé l’histoire du capitalisme moderne n’aurait passé l’épreuve avec succès.

Non pas que le thermomètre soit faux (le simulateur de Carl-Alexandre), simplement que l’objet mesuré est erroné.

Tous ces startuppers auraient échoué.

De la Standard-Oil à Apple, de Molson à Ingres, de Du Pont de Nemours à Google, de 3M à Compaq etc. …

Pas un de ces projets d’entreprise n’aurait passé avec succès l’épreuve et tous auraient été dans la partie basse du classement.

Certes, je comprendrais qu’on me trouva présomptueux, après tout je ne connais pas les algos du simulateur mais je connais bien l’histoire de ces entreprises, et de quelques centaines d’autres, et je peux vous assurer qu’aucune – j’écris AUCUNE – n’aurait eu le niveau « très bon », ni même « bon » dans aucun des chapitres proposés.

Les brillantissimes fondateurs de Google ont la réputation d’une approche cataclysmique du management stratégique, les ô combien géniaux fondateurs d’Apple avaient un projet proprement incompréhensible, les créateurs de 3M ont dilapidé leur capital dans le plus calamiteux investissement que l’on pouvait faire (version Areva mais avec LEUR argent) et je reste là dans la limite d’une certaine « normalité » à laquelle un Howard Hughes restera définitivement étranger !

Cela ne met pas en cause la pertinence du simulateur mais plus sûrement les grilles d’analyses de ceux pour lesquels il est fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.